Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
pingouin galapagos

Pourquoi partir ?

Il n’est jamais trop tard

Nous sommes tous d’accord sur le fait que « les voyages forgent la jeunesse ». Mais qui détermine quand la jeunesse commence et se termine ?

Je pense que quelque soit ton âge, les voyages forgeront, prolongeront ou raviveront ta jeunesse ! Ils feront même plus que ça.

Un tour du monde peut se faire à 25 ans, quand les études se terminent et qu’on veut souffler avant d’entrer dans la vie active.

A 30-35 ans, entre 2 boulots ou avant de faire des enfants! Et de plus en plus à 40 ans et plus, quand on traverse une nouvelle étape dans sa vie, que l’on veut changer d’air,  ou que l’on réalise que le temps passe et qu’il reste tant de choses à voir !

Le monde est si vaste

D’où nous vient ce besoin d’explorer chaque coin de la planète? De découvrir différentes cultures et traditions. Pourquoi souhaitons nous tellement goûter à des saveurs étrangères, sentir des odeurs inconnues, voir des paysages grandioses?

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir voyager, aller loin, très loin. A vouloir nous nourrir d’exotisme, de chocs culturels, de rencontres surprenantes. Les réseaux sociaux nous éclaboussent tous les jours d’images fabuleuses, d’histoires de pays inconnus, d’expériences personnelles intéressantes…

Rien d’étonnant à ce que l’envie nous titille d’en voir autant de nos propres yeux. Surtout quand ces lieux sont à portée de main !

Avec 194 pays dans le monde, 5 continents, 5 océans, plus de 100 mers et 7 milliards d’habitants, les thématiques de voyages sont multiples.

La thérapie par le voyage

Que l’on voyage seul, en couple ou en famille, on est rapidement amené à sortir de sa zone de confort. Cela veut dire ce que cela veut dire. On perd nos repères géographiques, on ne comprend pas la langue, on ne reconnaît pas la nourriture qu’on a l’habitude de manger, etc. Et on peut donc être mal-à-l’aise, inconfortable.

Je pense que lorsque l’on est dans cette zone, on n’a pas d’autre choix que de l’accepter et de repousser notre seuil de tolérance. On ne subit pas une transformation immédiate bien évidemment, mais on se confronte à l’Inconnu, à l’insupportable parfois, à des questionnements existentiels et à des réponses qui veut être douloureuses.

Si cet article t’a plu, tu en trouveras d’autres sur mon Blog, ICI !

AdeleMentor
No Comments

Post a Comment

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Retour au Menu